Abarth

Essai Abarth 595 Pista : une voiture pour la frime ?

Certains disent que les 145 chevaux de l‚ÄôAbarth 595 semblent un brin trop ¬´ l?®ge ¬ª. Pour r?©pondre ?† cette calomnie, les gens de la firme au scorpion nous pr?©sentent la 595 Pista. Ici, le petit 4 cylindres1.4 Turbo est pouss?© ?† 160 canassons et 230 Nm de couple ! Bon OK‚Ķ, pas de quoi tourmenter les berlines allemandes, avec un 0 ?† 100 km/h r?©alis?© en 7,3 secondes et une vitesse maximale de 211 km/h.

Cependant apr?®s en avoir pris le volant, cette 595 Pista est peut-?™tre celle qui exprime au mieux le temp?©rament d‚Äôathl?®te de la marque au scorpion !

+ de photos Abarth 595 Pista 2017

Tout commence ici.

Si la variante Turismo table plutôt sur le bon goût à l’italienne, avec une ambiance assez raffinée, la « Pista » qui reprend cette base technique, joue à fond la carte de la voiture sportive un peu plus minimaliste ! Ici point de cuir. Il laisse place à des sièges enveloppants en tissu. La double sortie d’échappement passe à quatre canules via le système Record Monza. Et ce n’est pas fini, puisque la petite bestiole s’offre également des suspensions arrière Koni avec technologie FSD, des disques de freins avant ventilés 284 x 22 mm et 240 x 11 mm à l’arrière. Pour les voir, il suffit de jeter un œil à l’intérieur des jantes alliage de 17 pouces Formula Noir Mat chaussées de pneus en 205/40.

Dans sa définition Abarth Pista, la Fiat 500 devient méconnaissable. Fini les lignes en rondeurs. Avec ses attributs sportifs, elle se virilise un maximum. Élargisseur d’ailes, caisse rabaissée, strapping « ABARTH » et boucliers avant et arrière enveloppants.

Dans le cockpit, l’ambiance hésite entre le sport et le « mignon ». Du Sport avec les sièges, le pédalier alu, le volant gainé de cuir et le scorpion que l’on retrouve ici et là. Le « mignon » avec la planche de bord qui reçoit un plastique glossy de la même teinte que la carrosserie. Heureusement, le nouveau système multimédia, qui se contrôle via un écran tactile de 7 pouces, y ajoute une pointe de technologie puisqu’il est compatible avec l’Apple Car Play et l’Android Auto de Google.

Pétarade…

Une fois n’est pas coutume, je n’étais pas avec notre immense Étienne sur cet essai. Bien heureusement pour lui d’ailleurs, puisque les beaux sièges sport ne se règlent pas en hauteur. Certes, j’étais en possession de la version cabriolet, mais je crois qu’il n’aurait pas vraiment apprécié de rouler avec la tête au-dessus du pare-brise. Pour ma part, j’ai dû prendre trois bonnes minutes pour trouver ma position de conduite.

Cela dit, dès que j’ai tourné la clé de contact, j’ai vite oublié ces contrariétés. Le moteur, touti rikiki, s’anime dans un boucan qui pourrait faire croire qu’elle dispose de 4 cylindres supplémentaires. La faute à l’échappement Monza qui rappelle le savoir-faire original de l’Italienne.

Abarth 595 Pista à l'attaque dans une courbe

Comment ça roule ?

En ville, les suspensions sèches et le mauvais rayon de braquage ne facilitent pas les manœuvres. Cependant, un franc coup de gaz et l’Abarth enfume presque tout ce qui à des roues. Son véritable terrain de jeu reste les routes sinueuses.

Mode sport et… gaz ! La ragazza trouve enfin son terrain de jeu. De quoi même mettre en exergue son talent ! Les 160 canassons peuvent respirer dès lors à pleins poumons. Surtout passé les 3 000 tr/min, où ils se transforment et deviennent carrément hargneux. Le train avant, pourtant dépourvu de système autobloquant, fait des merveilles et empêche au maximum de tirer tout droit. Les accélérations sont énergiques, le turbo siffle de toutes ses forces alors que l’échappement lâche des détonations.

Mais prenez garde ! La bestiole n’est pas si gentille que ça. Son arrière-train reste volage en courbe. Elle, il faut la piloter très proprement en freinant en ligne droite, pour ressortir des virages comme un boulet de canon. Si par mégarde vous la perturbez dans sa manœuvre avec un coup de frein, son postérieur deviendra instable. Moment de frayeur garantie !

Essai de la nouvelle Abarth 595 Pista cabriolet

La bella donna n’est pas donnée…

Si l’univers Abarth 595 est à vous à partir de 18 600 €, ce qui reste raisonnable de prime abord, il faudra rallonger de plusieurs milliers d’euros pour s’offrir les accélérations velues et l’ambiance très typée de la Pista. Pour être précis, Abarth demande 21 100 € pour la citadine et 23 100 € pour ma version Cabrio. Et si la folie vous habite, il est même possible de commander la boîte robotisée, ce qui fait grimper le tarif de 1 400 €. Mon conseil du jour : la boîte mécanique, c’est bien !

D’autant que la petite est plutôt du genre goulu. Elle avale sans vergogne une quantité impressionnante de litres d’essence dans son petit réservoir. Elle va même jusqu’à demander plus de 12 litres aux 100 km lorsqu’on la bouscule.

Bien vu :
- Le style sport/chic
- Comportement
- Caractère moteur

À revoir :
- Les tarifs grimpent vite
- Position de conduite
- Les consommations

Photos de Soufyane Benhammouda

Gentleman Racer

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Abarth 595 Pista : une voiture pour la frime ?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
- Espace Membre
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter