Audi

Essai Audi Q3 TDI : les raisins de lÂ’audace

Pendant près de deux millénaires, sur les coteaux de schiste de la vallée du Douro, a été élaboré un vin d’exception. Plus qu’un don de la nature, le vin de Porto constitue un patrimoine culturel pour les Lusitaniens. Plusieurs générations successives ont contribué à alimenter ce savoir-faire. Comme un hommage rendu à ces hommes et ces femmes, nous allons ensemble pénétrer dans un monde où le temps s’est arrêté pour laisser à la nature le soin de développer des raisins d’une qualité exceptionnelle. Pour ce faire, j’ai choisi une machine digne de cet héritage, le tout nouveau Audi Q3 TDI 184 quattro S Line, qui m’emmènera des caves de Porto aux vignes des Quintas.

+ de photos Audi Q3 TDI

Un retour aux sources !

Je l’avoue, je connais très bien ces coteaux. Mon nom me trahit, bel et bien. Mais en tant que fils d’immigré, quel plaisir pour moi de vous conter ce périple de plus de 600 km dans l’un des endroits les plus spectaculaires du Portugal. Le vin de porto est un des produits clé de l’économie nationale, incarnant ce qu’il y a de plus portugais à travers le monde et, lorsque le constructeur Allemand me proposa de faire l’essai de son nouveau Audi Q3 TDI sur ces routes portugaises, comment ne pas accepter ?

Cave de PORTO à Vila Nova de Gaia

Une machine à tout faire !

Après deux petites heures d’avion, me voilà à l’aéroport de Porto. Sur le tarmac, la nouvelle Audi Q3 TDI 184 quattro S tronic m’attend. Première chose qui saute aux yeux sa face avant a changé. La calandre prend maintenant des formes plus anguleuses et se prolonge jusqu’au niveau des phares qui peuvent, comme sur notre modèle, être équipés de feux entièrement à diodes. De profil, je suis subjugué par les magnifiques jantes de 19 pouces, tandis qu’à l’arrière la double sortie d’échappement et les clignotants dynamiques, assurent un beau spectacle à chaque carrefour. Elle en jette cette Q3 !

Au niveau technique notre crossover reçoit le système de traction intégrale maison, une boîte séquentielle à 7 rapports, un moteur diesel suralimenté par un turbo qui offre 184 chevaux et 380 Nm de couple. Sur le papier, la configuration est plus qu’alléchante, puisque l’engin avale le 0 à 100 km/h en 7.9 secondes, tout en atteignant une vitesse de pointe de 219 km/h.

En route !

Pas de clé, juste un bouton poussoir. Au démarrage, le claquement du moteur tranche avec la ligne sportive du véhicule. Heureusement, l’habitacle est tout de même bien insonorisé et masque les disgracieux borborygmes du TDI. Formidablement souple comme la plupart des diesels actuels, ce 2.0 TDI enquille les premiers kilomètres sur autoroute avec une facilité déconcertante. Un dépassement ? La boîte automatique réagit au quart de tour et le turbo envoie la cavalerie instantanément. Un jeu d’enfant !

Je pénètre petit à petit dans la cité. Le gabarit compact et la position légèrement surélevée font de ce Q3 une arme redoutable. Il est très facile de se faufiler dans les ruelles étroites du centre-ville. Il n’y a guère que les suspensions typées sport et donc fermes qui, sur les pavés, terniront le tableau. Surprise du chef ! La consommation, en ville est restée très honorable avec une moyenne de 7.8 litres de gazole aux 100 km.

Après la banlieue et le centre-ville, me voici enfin devant les caves de Porto situées de l’autre côté de la rive du Douro à Vila Nova de Gaia. Un lieu essentiel pour la vinification du spiritueux car après la récolte et la mise en baril, c’est ici que le Porto prend de la maturité. Mais pour arriver jusqu’ici, les tonneaux devaient être transportés des vignes aux caves par des bateaux, les « Rabelos ». Avec ma monture, je vais emprunter ce même chemin, mais en sens inverse. La route qui s’offre à nous promet d’être une expérience rare.

Les routes qui zigzaguent …

Devant moi, 200 km de routes alternant, bitume, pavés et chemin de terre. L’altitude va également osciller de 5 à plus de 550 mètres. Voilà de quoi entreprendre un « road trip » qui devrait mettre en difficulté n’importe quelle automobile. Certes, mais pas notre Q3 d’un jour. La conjugaison du moteur puissant et coupleux associé à la boîte de vitesse S tronic 7 a rendu le voyage extrêmement facile. A chaque montée, il suffit d’appuyer sur la pédale de droite pour faire grimper l’auto à des vitesses déraisonnables. Surtout que le système « quattro » s’occupe de maximiser l’adhérence des 4 pneumatiques, au maximum. Le passage en courbe est d’une rare efficacité, on se croirait en train de conduire une petite GTi.

Les paysages défilent et je rentre petit à petit dans le domaine des vignobles. Les sols sont désormais essentiellement granitiques. Pour en tirer leur quintessence, l’Homme a modelé la nature à force de travaux titanesques en systématisant l’organisation du terrain en terrasses ... Le spectacle est grandiose !

Photo des vignes de PORTO

Du hors-piste, comment résister ?

Devant moi s’ouvrent des petits chemins de terre au pied des vignes des plus grands crus de Porto. J’y vais ? Je n’y vais pas ? … Après tout, cette Audi Q3 est un crossover et il dispose d’une traction intégrale. C’est une occasion unique pour le tester en hors-piste.

Même si le Q3 a été conçu pour grimper les trottoirs de nos capitales, les chemins de traverse ne lui ont posé aucun problème, par contre du fait de ses jantes et de sa faible hauteur de caisse, il ne vaut pas mieux trop abuser. Sinon, la sanction pécuniaire du remplacement d’une jante et d’un bas de caisse, vous le fera durement regretter.

A consommer avec modération !

Nous voilà au bout de notre journée et devant les locaux des Porto « Rozès ». Une marque qui est détenue aujourd’hui par le groupe « Pommery ». Oui, les champagnes ! C’est ici que j’ai appris comment les vignerons produisent le nectar.

Le Porto est le fruit de l’assemblage du vin et d’une eau de vie. La proportion est de 155 litres d’eau de vie pour 435 litres de moût. Une fois la vinification terminée, le Porto « se repose » et gagne en structure et en complexité. Le printemps suivant, on transporte le vin à Vila Nova de Gaia. La boucle est bouclée…

Porto RozèsVerre de Porto Rozès

Une incroyable aventure …

Entre l’instrumentation futuriste, une finition au meilleur niveau, un style dynamique, un groupe motopropulseur performant (mais bruyant), il est difficile de rester insensible à l’Audi Q3 en finition S Line. Véritable machine à tout faire. Notre crossover a avalé avec une vraie facilité tout aussi bien l’asphalte des autoroutes, que les revêtements variés des routes et les pavés inégaux des petites rues portugaises, tortueuses. En sortant des chemins, sa traction intégrale nous a permis de passer entre les vignes pour toucher de nos mains les « raisins de l’audace ». Il n’en reste pas moins qu’à 43.950€, Audi fait très chèrement payer ce retour aux sources d’un enfant du pays.

Crédit photographique: Gilles Vitry La Revue Automobile

Note : 16/20
Bien vu :
- Le style dynamique et sportif
- La combinaison boîte moteur
- Une finition impeccable

A revoir :
- Le GPS pas très efficace
- Le confort trop ferme
- Le tarif toujours aussi élitiste

Place à notre comparatif technique. Premier concurrent de notre Audi Q3 TDI 184 quattro, la BMW X1 xDrive20d offre la même puissance, largement de quoi les confrontés. Pour preuve !

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Audi Q3 TDI : les raisins de lÂ’audace

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter