Hyundai

Essai Hyundai i20: un esprit de conqu?

Hyundai a choisi Bordeaux pour le lancement de la nouvelle génération de l’i20 comme un symbole de renouveau et de dynamisme. Il faut bien reconnaitre que dans les deux cas le coup de jeune s’avère patent et, quoi de mieux pour résumer cette adéquation entre deux volontés que cette image forte des lignes modernes et épurées du pont Chaban-Delmas et de notre berline 5 portes, se conjuguant en harmonie. Notre ami et complice Gilles Vitry apporte sa réponse, comme une évidence.

+ de photos Hyundai i20 Creative

Hyundai s’est installé fortement en Europe et pour ce faire s’est donné les moyens de ses ambitions notamment avec deux usines ultra-modernes en république tchèque et en Turquie, où est construite la nouvelle Hyundai  i20, portant sa capacité de production à 500 000 voitures/an. Les ambitions de la marque coré-européenne sont de passer en Europe des 3,3% de parts de marché actuelles à 5% en 2020. Hyundai France ne se situe pas sur les mêmes chiffres mais  n’est pas en reste quant à la volonté de progression, souhaitant tout simplement doubler sa part de marché, notamment avec l’i20.

Plus qu’un renouvellement 

La Hyundai i20 se situe dans ce segment B hyper concurrentiel pour lequel le premier critère de choix de la clientèle se situe au niveau du design alors que les équipements, l’espace, le plaisir de conduite et la qualité perçue entrent en ligne de compte de manière plus ou moins décisive dans le choix d’un modèle. 

C’est la berline qui ouvre le bal du renouvellement de l’i20 débutant avec la cinq portes, se  poursuivant avec un coupé trois portes, et peut-être même, un break et une version sportive.

La conception de cette voiture s’est opérée en Allemagne avec un chef designer français et sera construite en Turquie.

Une nouvelle plateforme a été convoquée pour permettre de voir plus grand, d’entrée de jeu. Par rapport à l’ancienne i20, on gagne 40 mm en longueur pour atteindre 4060 mm, l’empattement s’étire de 45 mm et la largeur croit de 24 mm. Seule la hauteur s’abaisse de 17 mm permettant au styliste français Olivier Denamur d’apporter une touche dynamique et racée dans un ensemble, somme toute, assez classique et consensuel. Il faut toutefois noter une ceinture de caisse assez haute, soulignée par une nervure courant sur toute la longueur de la voiture et de nature, avec la ligne de toit abaissé, à réduire les surfaces vitrées. Par contre ce profilage améliore le coefficient de pénétration (Cx de 0,30). Du point de vue esthétique, la face avant  avec sa double calandre –horizontale en bas et hexagonale au- dessus – et ses phares à LED, très travaillés, avec des sourcils blancs du meilleur effet, signent la nouvelle personnalité de la voiture.

A bord

C’est en montant à bord que l’on découvre la très bonne surprise du jour, à savoir l’habitabilité assez exceptionnelle de l’i20 pour sa catégorie. A l’avant comme à l’arrière l’espace disponible se montre plus que généreux, la garde au toit  autorise les grands gabarits à se sentir à l’aise et cinq personnes peuvent voyager aisément avec leurs bagages qu’un coffre de 326 litres accueillera sans problème. Ce qui étonne dans un véhicule de cette catégorie c’est la présence fort agréable d’un toit panoramique sur toute la longueur du pavillon.Véritable première pour un véhicule du segment B, il peut s’entrebâiller ou s’ouvrir complétement.

La planche de bord très classique est orientée vers le conducteur et tout y est implanté de manière rationnelle et pratique. Les plastiques et la finition de facture correcte pourraient gagner encore en qualité. De nombreux espaces de rangement trouvent place sur la console centrale et dans les portes. Une station d’accueil pour smartphone est installée sur la planche de bord. Heureusement qu’un vrai système de navigation intégré est prévu en mars 2015, tant on ne comprend pas le fait de proposer un niveau global d’équipement du segment supérieur mais en oubliant le premier impératif actuel de connectivité et navigation faciles.

Hormis une série spéciale Edition quatre niveaux de finition sont proposés : Initia, Intuitive, Intuitive Plus et Créative.

Hyundai propose une intégration assez massive de technologies nouvelles ainsi, sur la Créative que nous avons testée, nous disposions de l’alerte au franchissement de ligne, de la connexion Bluetooth, de l’aide au stationnement avant et arrière, du contrôle de pression des pneus, d’une caméra de recul, de l’éclairage additionnel en virage, du système My Music avec un stockage important de fichiers MP3.Au plan du confort, le volant chauffant  étonne aussi dans ce segment B.

Pour le lancement de cette nouvelle génération de l’i20 trois moteurs essence et deux diesel sont proposés. En essence, ce sont des 4 cylindres de 1,2 litre de cylindrée développant 75 et 84 chevaux et de 1,4 litre de 100 chevaux (notre essai) En diesel, un trois cylindres de 1,1 l offrant 75 ch voisine avec un 4 cylindres de 90 ch. Hormis les deux « petits » moteurs essence, tous les autres bénéficient d’une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports.

L’essai

Il est temps de prendre la route et même si la pluie nous empêche de pleinement de profiter de cette superbe région du Médoc nous avons trouvé le moyen de faire de belles escales photographiques comme au domaine du château de Fonréaud. 

La surprise de l’excellente habitabilité passée, nous découvrons une voiture très homogène tant au plan du comportement que du confort. Nous n’avons pas de reproche foncier à apporter à cette auto dans l’absolu, mais si nous la référençons à d’autres véhicules équivalents d’autres marques, nous sommes amenés à souhaiter quelques perceptions améliorées. En effet, par exemple la direction assistée électriquement s’avère assez précise mais ne transmet pas le toucher de route que l’on pourrait attendre. La tenue de cap ne pose aucun problème sans doute grâce à un empattement et des voies élargis. Le freinage s’avère redoutable d’efficacité avec un ABS plus que performant sur route trempée. L’amortissement, même avec les roues de 16 pouces, est à saluer pour son bon niveau. La boîte de vitesse calculée un peu longue apporte la précision souhaitée. Par contre, le moteur 4 cylindres de 100 chevaux nous apparaît tellement dépassé que nous avons demandé pourquoi attendre mars/avril 2015 pour le remplacer par un 1 litre 3 cylindres de 100 chevaux ou 120 chevaux avec turbo. Pour mieux séquencer les nouveautés répond le marketing.

En tout cas avec notre berlingot désuet, il faut monter dans les tours pour bénéficier de la puissance et vous vous doutez bien que la consommation aura tendance à s’envoler au-delà des 8 litres! D’autant plus d’ailleurs que cette motorisation fait l’impasse sur le Stop&Start  pourtant incontournable en ville notamment où sur une période d’une heure on passe près de la moitié du temps sans rouler, à Bordeaux comme ailleurs. En ville, la voiture est agile et agréable mais si vers l’avant avec les montants de pare-brise amincis la visibilité s’avère correcte, latéralement ça n’est pas ce qui se fait de mieux et vers l’arrière les choses se gâtent vraiment.

Les sièges avant maintiennent bien latéralement, avec une assisse assez ferme. A l’arrière, la banquette ne semble pas particulièrement moelleuse. Par contre au niveau de l’insonorisation, le travail de fond opéré sur le renouvellement de la plateforme s’avère payant. 

En conclusion

Au final, cette nouvelle i20 a bien progressé et présente un bilan global d’une très bonne moyenne par rapport à la concurrence. L’habitabilité et le niveau d’équipement technologique exceptionnels pour une citadine sont les atouts premiers d’une voiture très homogène au plan des performances de la sécurité et de l’agrément de conduite. La fourchette des prix risque bien  d’être déterminante pour le choix. Le prix de base de 12 500 euros demeure incitatif même s’il faut compter 14 950 € pour un modèle essence de cœur de gamme en finition Intuitive et 18 300 € pour notre modèle d’essai. La garantie 5 ans offerte par Hyundai demeure un véritable atout considérable.

Crédit photographique: Gilles Vitry, La Revue Automobile

 

Note : 14/20

BIEN VU :

Habitabilité

Niveau d’équipement

Volume du coffre

Les prix de base

A REVOIR

Moteur obsolète

La question du GPS non intégré

 

Fiche technique :

Motorisation

Moteur : Kappa 4 cylindres 1 368 cm3

Puissance maxi : 100cv à 6 000 t/m

Couple : 134 Nm à 3 500 tours

Norme de dépollution : Euro6b

Système Stop & Start : non

Consommations 

Consommation ville : 7,1 l - 7,2 l

Consommation route : 4,3 l – 4,6 l

Consommation mixte : 5,3 l – 5,5 l

Taux d’émission mixte: 122- 127 g/km

Dimensions 

Longueur : 4 035 mm

Largeur : 1 734 mm

Hauteur : 1 474 mm

Empattement : 2 570 mm

Poids à vide : 1 165 kilos

Réservoir essence: 50 litres

Freins/roues

Disques ventilés à l’avant   et disques à l’arrière

Systèmes : ABS, ESP,  EBD

Jantes: 6.50 J x 16 pouces

Pneumatiques : 195/55 R 16

Performances :

Vitesse maxi : 184 km/h

0 à 100 km/h : 11’’6

 

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Hyundai i20: un esprit de conqu?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter