Jeep

Essai Jeep Renegade : on naît Jeep, ou on ne l'est pas

Depuis ces dernières années, le marché des crossovers et SUV compacts explose, poussant les constructeurs à se lancer dans l’aventure. Si les généralistes veulent leur part du gâteau avec des citadines tout juste surélevées pour gravir les trottoirs des villes, certains spécialistes arrivent en force. Cette fois-ci, c’est au tour de Jeep avec le Renegade.

+ de photos Jeep Renegade Limited 140 4x4

Apparu pour des besoins militaires, le Jeep Willys n’était pas vraiment là pour flatter la rétine des badauds. Rustique à souhait, le style du 4x4 qui a foulé les plages de Normandie dans les années 40 est devenu la marque de fabrique de Jeep. Hormis un dérapage (sortie de route ?) avec le Compass aux traits nippons, le constructeur est resté fidèle à la Willys originelle. Et le Renegade ne déroge pas à la règle. Le SUV affiche un profil cubique, marqué par une calandre verticale perforée sept fois, deux phares ronds et des protections noires annonciatrices. Pour le fun, les designers ont incrusté plusieurs clins d’œil au Willys avec notamment un motif en croix que l’on retrouve sur les feux arrière, rappelant le motif des jerricans d’essence du véhicule militaire. Globalement, le Jeep Renegade a une bonne gueule et il saura se démarquer dans la jungle urbaine.

Jeep Renegade Blanche

L’habitacle est également très accueillant et spacieux. Les lignes rectangulaires offrent une garde au toit satisfaisante et renforcent l’impression d’espace. La planche de bord tranche avec les habitudes de la marque avec un dessin original et une qualité perçue en hausse. Avec une concurrence aiguisée, les stylistes de chez Jeep ont mis la dose : certains inserts sont personnalisables et une multitude de références au passé de la marque poussent dans l’habitacle. Le compte-tours arbore une flaque boueuse, les vide-poches sont marqués d’un plan du désert de Mohab et la calandre typique des Jeep se retrouve sur les haut-parleurs, derrière le rétroviseur central ou à l’intérieur du coffre. La marque annonce même la présence d’un yéti caché dans la voiture ! Un délire de designers comme on les aime. On regrette toutefois la présence de certains matériaux fragiles.

Intérieur de l'habitacle Jeep renegade

Des capacités en tout-terrain intéressantes :
Alors que le style est fidèle aux habitudes du fabricant américain, Jeep innove au chapitre technique. Adieu les ressorts à lames et autres châssis séparés. Malgré une conception orchestrée aux Etats-Unis, le Jeep Renegade profite de la banque d’organes du groupe. Il est ainsi conçu autour d’une version adaptée de la plateforme du Fiat 500X et reçoit deux essieux de type McPherson. Si la version 4x2 s’en sort bien, c’est bien la déclinaison 4x4 qui, logique ultime, est la plus indiquée pour aller salir le Renegade. Et pour cause, la garde au sol de cette version grimpe à 198 mm (175 mm sur la deux roues motrices) et 210 mm sur la version Trailhawk. Avec ses 4,25 mètres de long, le Jeep Renegade 4x4 bénéficie de tous les ingrédients pour s’aventurer en dehors de la route : l’angle d’attaque est donné pour 21°, l’angle ventral pour 32,1° et l’angle de sortie pour 24°. Le Trailhawk pousse même l’attaque à 30,5°, une valeur partagée avec le Chevrolet Colorado ZR2 Concept !

L'arrière du Jeep Renegade

Dans sa catégorie, l’engin sort clairement du lot et est un boulimique de poussière, de boue ou de neige. Les déclinaisons 4x4 disposent d’un blocage de la transmission et du Selec-Terrain permettant de choisir le mode le plus approprié aux conditions. Le Trailhawk ajoute le mode Rock pour le franchissement et un contrôle de vitesse en descente. Même si la neige est timide dans les Alpes cette année, notre conscience professionnelle nous a poussés à aller sur les quelques pistes enneigées de Tignes. Conformément à nos espérances, et ce malgré nos modestes compétences off-road, le Jeep Renegade nous a surpris en nous offrant quelques petites folies sans faire couler une goutte de sueur. Il avale tout et la boîte automatique à 9 vitesses avec le premier rapport court lui permet de se sortir des situations les plus délicates. Mais soyons clairs, aussi Jeep soit-il, le Renegade n’est pas un Wrangler et ses capacités de franchissement restent limitées.

Le Jeep Renegade sur une piste 4x4

Homogène sur la route mais trop gourmand :
Si les quatre roues indépendantes limitent donc le SUV en tout-terrain, elles lui confèrent un comportement routier de premier ordre. La tenue de route est convenable et l’équilibre général permet de rejoindre sa station de ski favorite avec une banane sur le visage. La suspension, un poil ferme mais pas inconfortable, filtre convenablement les irrégularités de la chaussée et la prise de roulis est quasi-inexistante. Une performance au regard de la masse totale du bébé américain : 1 505 kg à vide. C’est lourd surtout pour les mécaniques présentes dans la gamme. Lors de cet essai, nous avons pris les commandes du 2,0 l Multijet de 140 ch et 350 Nm de couple. Si la fiche technique est apparemment suffisante pour le commun des mortels, la réalité nous questionne : moteur es-tu là ? Les reprises sont longues comme un jour sans pain et les relances en sortie de courbe nous obligent à jouer de la commande de boite manuelle. Un exercice qui se paie comptant : nous avons relevé une consommation moyenne proche des 8,0 l/100 km. Un constat aussi décalé que le style du Jeep Renegade, sauf que là, ça fait tout de suite moins sourire.

Le nouveau Jeep Renegade prêt pour l'aventure

Un bilan satisfaisant :
Disponible à partir de 18 950 € avec le premier niveau de finition et le 1,6 l essence de 110 ch, le Jeep Renegade grimpe à 32 500 € avec le haut de gamme Trailhawk équipé de la boîte 9 et du 2,0 l diesel de 170 ch. Notre version d’essai, située au cœur de la gamme, est affichée au prix de 29 850 €. Appelé à gonfler les volumes de vente de Jeep à travers le monde mais surtout en Europe, le Jeep Renegade est une proposition pleine de fraîcheur dans un paysage automobile morose. Le SUV compact affiche un style affirmé et des prestations en tout-terrain parmi les meilleures de la catégorie. Ses différents attributs techniques lui offrent également une bonne homogénéité sur l’asphalte. Côté pratique, sa modularité et son coffre de 351 l (1 297 l avec la banquette rabattue) n’ont rien à envier aux concurrentes.

Nous regretterons juste d'avoir laissé le Jeep Renegade avec un arrière goût d'invaincu : nous n’avons toujours pas trouvé le yéti caché…

Note : 14/20

Bien vu :
- un style inimitable
- un bon comportement routier
- les capacités en tout-terrain

A revoir :
- les mécaniques poussives
- la consommation

Soufyane Benhammouda

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Jeep Renegade : on naît Jeep, ou on ne l\'est pas

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter