Kia

Essai Kia Optima SW GT Line : de mieux en mieux

Le segment des familiales, diminué par la venue des crossovers, reste néanmoins stable depuis de nombreuses années et conserve une certaine aura auprès de la clientèle. Il en va de même pour la proportion de variantes breaks écoulées, représentant environ 50 %, une place que Kia laissait vacante. C’est désormais corrigé grâce à l’arrivée de cette déclinaison sur la nouvelle Kia Optima.

+ de photos Kia Optima SW

C’est dans les alentours de Munich que je prends possession de mon modèle d’essai, avec la finition haut de gamme GT Line. L’Optima SW affiche une allure assez dynamique avec de belles proportions et un arrière musculeux. La GT Line propose en plus des boucliers avant et arrière spécifiques et des jantes de 18" issues de la GT de 245 ch. L’avant ne me plaît pas particulièrement avec sa grande calandre horizontale et les prises d’air latérales de la jupe, je ne le trouve pas harmonieux. Pour l’arrière, c’est l’inverse, le dessin plus simple et l’inclinaison du pare-brise apporte du dynamisme sans en faire trop. Ce n’est pas le cas de la partie basse avec ce diffuseur en plastique noir d’où émergent deux sorties d’échappement ovales. Ce dessin très typé Audi RS (le designer est un ancien de la marque allemande) semble en faire un peu trop sur ce break diesel de 141 ch.

Intérieur accueillant pour la Kia Optima SW:

La marque coréenne a bien travaillé sur ce point et ce sont de beaux sièges en cuir noir et surpiqûres rouges qui m’accueillent à bord, baignés par la lumière descendant du grand toit panoramique. Le pédalier tout comme la console centrale sont en aluminium et la planche de bord reçoit des plastiques moussés. Au centre, je trouve un écran tactile de 8" surmontant le système hi-fi et la climatisation toujours accessible directement, j’apprécie. Le son, diffusé via 8 haut-parleurs, est quant à lui confié aux bons soins d’Harman Kardon. Sur l’écran tactile, je peux gérer les nombreuses aides à la conduite (régulateur adaptatif, freinage d’urgence autonome, alerte de sortie de voie, etc.) ainsi que les services connectés comme Tomtom Live. Ces derniers bénéficient d’ailleurs de mises à jour gratuites courant jusqu’à la fin de la garantie de 7 ans. Pour finir sur l’infodivertissement, l’ensemble est compatible avec Android Auto et Apple Carplay.
Bel intérieur pour la Kia Optima SW
Le coffre, partie pour le moins importante d’un break, dispose d’un volume de chargement de 552 litres, extensible jusqu’à 1 686 litres en rabattant la banquette de type 40-20-40. Pour le côté pratique, le hayon est électrique et des boutons sont intégrés dans le coffre, permettant de rabattre directement les sièges.

Une conduite peu optimale :

Sous le capot de la Kia Optima SW prend place le 1,7 l CRDi de 141 ch. S’il peut paraître un peu léger dans certaines situations, à l’usage il est largement suffisant et son couple généreux de 340 Nm autorise des reprises dans la bonne moyenne. Ce n’est certes pas un foudre de guerre, mais il me permet d’effectuer mes dépassements sereinement, ce qui n’est pas le cas de la boîte de vitesses. Celle-ci, une boîte de vitesses double embrayage à 7 rapports (DCT7) présente une gestion peu… optimale. Elle est assez lente et semble se tromper régulièrement de rapport sans parler du kick down un peu long à la détente. Finalement, je remercie Kia d’avoir pensé aux palettes au volant (de série !), ce qui me permet de choisir quand changer de rapport. Dans ce cas, la boîte se fait assez réactive et ma conduite plus agréable. C’est tout de même dommage de devoir se servir de la boîte auto en manuel…
La Kia Optima sur la route
Sur la route, l’insonorisation du moteur est bien travaillée, rendant le bruit très peu présent dans l’habitacle. A contrario, l’insonorisation au niveau des arches de roue est moyenne, nous faisant bénéficier de bruits de roulement. C’est vivable, mais surprenant au début. De son côté, la tenue de route elle aussi est surprenante, à commencer par la direction sans consistance et légèrement floue. Les suspensions offrent un bon confort, mais – comme lors de mon essai de la Kia Cee’d – je trouve l’amortissement peu contenu. Il y a du progrès, mais Kia doit encore travailler sur ce point. De ce fait, la conduite en manque de précision, j’ai l’impression de ne jamais vraiment savoir où je me place sur la chaussée. Ce n’est pas rédhibitoire et ça ne gênera pas forcément les propriétaires habitués, mais une évolution rapide serait la bienvenue.

La Kia Optima SW GT Line est presque une bonne alternative sur le segment des familiales breaks. Elle offre un design sympa, un habitacle de bonne facture, un bon coffre et un équipement très complet, le tout pour un prix décent de 39 990 € pour mon modèle d’essai. Malheureusement, le tableau est entaché par des prestations routières moyennes qui font réfléchir.

Note : 14/20

Bien vu :
- Prix
- Équipement
- Habitacle

À revoir :
- Direction
- Suspension
- Boîte

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Kia Optima SW GT Line : de mieux en mieux

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter