Opel

Essai Vauxhall VXR220 : un kart de 320 ch !

Pour d?©velopper son image de marque vieillissante, Opel, en partenariat avec Lotus, met sur le march?© en 2001 le Speedster. Produit ?† Hethel en Angleterre, le fief de Lotus, le roadster se d?©cline sur ce march?© sous le nom de Vauxhall VX220. Pour parfaire sa diff?©rence, la filiale d‚ÄôOpel lance le VXR220, une ?©dition limit?©e ?† 65 exemplaires. Sur l‚Äôinvitation de la soci?©t?© SC42, nous avons eu le privil?®ge de prendre les commandes du seul Vauxhall VXR220 en France.

+ de photos Opel Vauxhall VXR220 MMG

Si le roadster de General Motors est proche de la Lotus Elise, Opel a toutefois été libre dans le développement du modèle. Ainsi, hormis les versions 2,2 l et 2,0 l turbo, Vauxhall s’est orienté vers une déclinaison plus affutée en partenariat avec Opel Performance Center, inaugurant le badge VXR. En 2004, le VXR220 voit donc le jour avec au menu un 2,0 l turbo de 220 ch pour 285 Nm de couple, des jantes de 16 pouces à l’avant et 17 pouces à l'arrière, des amortisseurs Bilstein, des disques plus gros, une ligne d’échappement Sport Milltek, un turbo exclusif, des gros injecteurs, divers gimmicks stylistiques et quelques kilos glanés par la suppression d’équipements de confort.

Ambiance light is right :

Alors que la Lotus Elise affiche des lignes rondouillardes, le Vauxhall a été esquissé avec une équerre. Le roadster se distingue du reste de la gamme avec une teinte rouge (62 exemplaires suivis de trois autres noir, gris lunaire et jaune) et diverses touches de noir mat sur la calandre, le tour de pare-brise, les rétros, l’aileron arrière ou la trappe à essence. Notre version d’essai s’agrémente d’un diffuseur qui, avec les jantes Speedline Corse et les sorties superposées, renforce son orientation sportive.

L’habitacle, fidèle au précepte du light is right, est aussi intime que celui d’une Lotus Elise. Comprenez que l’espace y est compté et que vous ne devrez pas être réfractaire au contact épidermique avec votre passager. Le code couleur est similaire à la livrée extérieure avec une sellerie en Alcantara rouge et divers éléments noirs. Gain de poids oblige, le Vauxhall VXR220 d’origine se passe d’autoradio. Un choix corrigé par ses anciens propriétaires : superflu au regard des deux trompettes arrière. Cependant, le patron de la société SC42 a fait le choix de convertir la position de conduite. Hérésie pour certains, utile pour d’autres, la conduite a gauche a été salutaire lors de notre essai sur les petites routes du parc naturel régional du Pilat.

Un turbo à la sauce année 80 :

Avec un turbo gavant les 4 cylindres, le Vauxhall VXR220 a fait le bonheur des préparateurs. Ici, c’est les Anglais de chez MMG qui se sont penchés sous le capot. Avec une reprogrammation du calculateur, une admission revue, un système de refroidissement modifié, et quelques autres tours de passe-passe, le 2,0 l passe de 220 ch à 320 ch alors que le couple grimpe 480 Nm. La masse contenue de 930 kg permet à l’engin d'afficher un ratio de 2,906 kg/ch, une valeur partagée avec l’Aston Martin V12 Vantage S. Il y a pire comme comparaison.

Si un Opel Speedster de 147 ch suffit à vous donner la banane pour une semaine, ce Vauxhall VXR220 offre des crampes aux zygomatiques pour le mois complet. Certes, la mécanique est hésitante en bas du compte-tours mais, quand le turbo se réveille, le VXR220 pousse avec vigueur. La cavalerie vous cale au fond du siège baquet à chaque sortie de courbe. C’est violent, explosif et forcément jouissif. A cela s’ajoute un spectacle auditif rare de nos jours : la boîte à air n'a rien à envier aux aspirateurs les plus bruyants, la dumpvalve revendique son dur labeur par des soupirs incessants alors que l’échappement, spécifiquement mis au point par SC42, est une merveille explosant les tympans de toutes les âmes vivantes sur un secteur de 100 mètres à la ronde. Rauque et métallique, le son s’accompagne de déflagrations au lever de pied alors que dans le fond du compte-tours, les résonnances tiennent du domaine de l'aéronautique.

En sortant de l’usine anglaise, le Vauxhall VXR220 est équipé de pneus Yokohama A048 et d’amortisseurs Bilstein au tarage spécifique. Mais c’est finalement des Michelin Pilot Sport 3 et des Nitron Race 46 réglables qui équipent notre version d’essai. Un mariage qui concilie performances et confort pour un usage routier. Les chaussettes ventousées à la route contiennent efficacement le surplus de canassons alors que les amortisseurs, suffisamment fermes, préservent les vertèbres des passagers avec un filtrage correct. La direction est toujours aussi millimétrée alors que les remontées d’informations permettent de lire la route comme une encyclopédie ouverte. Le freinage a quant à lui été modifié par un kit gros freins 6 pistons de chez Tarox. Nous regretterons juste la géométrie perfectible de ce modèle, qui ne nous aura pas permis de tirer la quintessence du châssis. 

La cour est vide :

Pour retrouver des sensations similaires au Vauxhall VXR220 MMG, il faudrait aller piocher parmi les Lotus Exige les plus virulentes du marché. Car avec ses 320 ch, cette préparation est impressionnante et affiche un rapport prix/sensation (quasi) introuvable dans la catégorie. Mais inutile de vous ruer sur votre chéquier, les Vauxhall VXR220 sont des collectors introuvables en France (véhicule non conforme aux yeux de notre chère administration) et cet unique exemplaire dans l’Hexagone n’est pas à vendre. En revanche, elle sert de vitrine à la société SC42, spécialisée dans la vente de Lotus et autres dérivés light is right. Mais rassurez-vous, si vous voulez pousser la cavalerie de votre Opel Speedster Turbo, l’entreprise ligérienne propose tout un catalogue de pièces aftermarket dont la très (trop ?) sonore ligne en inox.

Note : 18/20

Bien vu :
- les performances
- le caratère moteur
- la sonorité onctueuse...

A revoir :
- ... mais trop forte pour un usage routier
- la mécanique hésitante à bas régime

Soufyane Benhammouda

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Vauxhall VXR220 : un kart de 320 ch !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter