Opel

Essai de l'Opel Meriva 2014 : "Wir lieben das auto*"

Onze ans après sa commercialisation, le Meriva revient dans une 3e mouture remodelée selon 3 axes : design, technologie et motorisation. L'occasion pour nous d'essayer cette nouvelle version, équipée d'un bloc nouvelle génération 1.6 CDTI high tech développant 136 chevaux. Nice et ses alentours ont servis de décor à notre escapade de test, montez, c'est parti !

+ de photos Opel Meriva 1.6 Cdti 136

Un design qui se veut plus raffiné et plus technique

Quelques coups de crayon rajeunissent le design du petit monospace. Les portes antagonistes inaugurées sur la 2e version (2010) sont conservées, et confèrent un aspect très pratique pour le chargement de la banquette arrière, notamment pour les couples avec enfants, qui seront ravis de pouvoir assoir leurs enfants sans avoir à se contorsionner. L’axe d’ouverture est grand, avec un angle de 84°, ce qui devrait éviter de cogner la tête de bébé et papa (ou maman au choix, c’est selon..), ça s’appelle : le système « FlexDoor » chez Opel

La calandre a été redessinée, et des touches de chrome font leur apparition ; entourage des antibrouillard, jonc chromé sur la ceinture de caisse, base du hayon vitré et la calandre elle-même. L’allure est plus sophistiquée, plus moderne également. Les optiques avant adoptent une forme d’aile d’oiseau, et comportent de nombreux reflets. Pour la première fois ils sont équipés de la technologie LED. La ligne fait ressortir le mouvement de vague qui est renforcé par la baguette chromée remontant sur l’arrière. Cette ceinture de caisse courbée permet de dégager une meilleure visibilité aux passagers. Le pot d’échappement est plus gros, et donne une impression plus « performante » à l’arrière, qui reçoit un nouveau dessin de feux, à LED également. Les poignées de porte placées au milieu de la carrosserie nous rappellent l’ouverture antagoniste des portières, et la Meriva reçoit de nouvelles jantes alliage en 17 et 18 pouces (ces dernières équipent notre modèle d’essai, sans dégrader le confort intérieur), disponibles en option, et qui viennent compléter les jantes de série en alliage 16 pouces. 

Le nouveau Meriva est le seul petit monospace du marché à être monté en jantes 18 pouces, ce qui lui donne un petit côté agressif qu’il ne possédait pas auparavant. Côté coloris, le monospace allemand est disponible en onze teintes, dont un tout nouveau vert émeraude à effet nacré que nous avons pu découvrir à Nice (magnifique), et un nouveau vert anis laqué.

Le système « FlexFix » permet de disposer d’un porte vélos. Il est situé à l’arrière du véhicule, et sort en coulissant sous la plaque d’immatriculation, livré de série.

Habitacle sans surprise mais très fonctionnel 

A l’intérieur, l’habitacle est identique à la version précédente. La qualité des plastiques est perfectible, mais hormis un écran GPS assez grossièrement posé sur le centre de la planche de bord, et une pléiade de boutons surprenante, le Meriva reste très fonctionnel et adapté à une famille de 4 à 5 personnes. Le système « FlexSpace » permet de modifier l’emplacement, en largeur, des sièges arrière, pour obtenir une configuration 4 places plus ample, ou 5 places, au choix. Les fauteuils arrière coulissent en largeur et en longueur, et permettent d’obtenir un chargement plat. Ils peuvent être rabattus indépendamment. La console avant coulisse sur 20 centimètres et révèle un aspect très pratique. 

Un détail a tout de même attiré notre attention, en plus des portes antagonistes, Opel a équipé le Meriva de poignées de maintien pour s’extraire du véhicule, une « bricole » qui peut paraître anodine, mais qui est tout à fait pratique pour sortir là encore, sans avoir à se contorsionner. L’habitacle dispose de 31 espaces de rangement (dont l’accoudoir coulissant). Le Meriva est la première automobile au monde à recevoir un prix pour son concept ergonomique, il est important de le souligner pour ceux qui privilégient la fonctionnalité au look, même si ce dernier dans la nouvelle mouture est plutôt réussi.

Durant notre essai, le nouveau Meriva a fait montre d’un excellent confort, sur des fauteuils avant réglables au niveau des cuisses (reposant) et confortables. La tenue de route est très bonne, et le confort de roulage optimisé malgré une monte en jantes de 18 pouces. Dynamique, souple, confortable et fonctionnelle, la nouvelle Opel Meriva est un compromis intéressant dans un créneau délaissé par la concurrence. Côté contenance, le Meriva dispose d’un volume de coffre de 400 litres, et peut s’agrandir jusqu’à 1 500 litres grâce aux sièges arrière complètement repliables. 

L’aspect multimédia du Meriva s’est enrichi avec une nouvelle gamme IntelliLink. Plus pratique, elle propose des fonctions smartphone intégrées inédites, un système de navigation au guidage amélioré (possibilité de commande vocale), une fonction des appareils Apple totalement prise en charge, une meilleure qualité sonore ainsi qu’un support pour tablette. 

2 appareils IntelliLink équipent le Meriva : le Radio CD 600 de série en version Cosmo, ou le Navi 950 IntelliLink disponible en option. Cette nouvelle offre multimédia, déjà disponible sur le modèle haut de gamme de la marque : Insigna, ou sur la citadine branchée Adam, rejoint désormais le petit monospace de la marque à l’éclair.  

Motorisations plus sobres, et efficaces

Lors de la conférence de Presse qui a ponctué notre essai, Lydia Loudjertli, « Engineering Manager » chez Opel (Directrice du département motorisations) a indiqué que toutes les motorisations du Meriva répondaient aux critères des nouvelles normes EURO6 qui seront mises en place dès le 1er Septembre 2015. Le bloc 1.6 CDTI de 136 chevaux monté sur notre modèle de test vient juste de faire ses débuts sur le Zafira, et va remplacer les blocs 1.3 et 1.7 de l’ancien Meriva. Six chevaux de plus par rapport au précédent bloc, la motorisation essayée est tout à fait satisfaisante, les accélérations sont franches, les reprises sont bonnes (plus rapides), et le moteur se fait dynamique tout en restant assez souple. 

C’est le moteur le plus silencieux de sa catégorie, et il est vrai qu’à vitesse réglementaire, on l’oublie très rapidement. 2 versions de 110 chevaux sont prévues, dont une qui annonce une consommation de 3.8l aux 100km, avec un rejet CO2 de seulement 99g/km. Bloc de toute nouvelle génération, ce 1.6 CDTI est tout en aluminium. Il dispose d’une injection directe à rampe commune et d’un turbocompresseur à géométrie variable. Il se distingue par un silence et une sobriété inégalés selon Opel, et force est de reconnaître que pendant notre essai, la consommation a été très réduite avec une moyenne de 4.5l aux 100 km à vitesse réglementaire et conduite souple, et 7.7l en conduite sportive. Le couple est de 320 Nm à 2 000 tr/mn ce qui représente un gain de 20 Nm.

Dynamique, un habitacle optimisé, impressionnant et pratique, même si le GPS est implanté de façon un peu grossière et les plastiques perfectibles, l’Opel Meriva présente une alternative intéressante aux SUV, 4X4 et autres Crossovers en s’accrochant à un marché un peu délaissé par la concurrence : celui des petits monospaces. Disponible à partir de 15 690€ et jusqu’à 24 780€, le budget est contenu pour une voiture familiale efficace. 

2 motorisations essence seront disponibles au lancement (100 et 120 cv), ainsi que 3 motorisations diesel (95, 110 et 136 cv). Disponibilité : Février 2014.

*nous aimons la voiture.

Dimensions : 4.30m x 1.81m x 1.61m

Note : 4 sur 5

Les plus :

Habitabilité

Moteur

Sobriété

Portes antagonistes

Les moins :

GPS (look et ergonomie)

Qualité des plastiques

Philippe Pillon

Votre avis nous intéresse sur :  Essai de l'Opel Meriva 2014 : "Wir lieben das auto*"

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter