Bugatti Veyron La Finale

Bugatti La Finale, et la derni?

Comme la majorité des constructeurs Bugatti entend se mettre en valeur lors de l'emblématique salon de Genève. Quand on n'a pas de véritable nouveauté à présenter, il est de bon ton de communiquer sur ce que l'on a su faire de mieux, à savoir la VEYRON, la super-voiture de sport de série la plus rapide au monde, dont les caractéristiques de puissance ont suscité enthousiasme et passion dans le monde, depuis son lancement sur le marché, voici dix ans.

Bugatti ayant annoncé avoir vendu les 450 exemplaires de sa Veyron marque ainsi l’événement en présentant la dernière unité produite, baptisée La Finale.

« Pour la conception de La Finale, les designers se sont inspirés de la première Veyron. La boucle de l'histoire de succès de cette super-voiture de sport se referme donc également sur le plan visuel », déclare le designer en chef de Bugatti, Achim Anscheidt. « Même si les deux véhicules ont pour thème chromatique le rouge et le noir, la numéro « 1 » et la numéro « 450 » ont cependant chacune leur caractère visuel propre. Après tout, chaque Veyron est une pièce unique. »

Sur « La Finale », les ailes avant, les portes et les zones situées entre les portes et les prises d'air latérales, appelées « médaillons », sont en carbone apparent noir. Les autres pièces de l'habillage extérieur sont en carbone apparent rouge, dont c'est la toute première utilisation sur un véhicule, comme l’a souhaité le riche client du Moyen Orient. Le rouge « Hot Spur » est également mis à l’honneur à l’intérieur : sur les accoudoirs, le tableau de bord, les panneaux latéraux de siège ainsi que sur la couronne de volant.

On retrouve le carbone rouge dans l'habitacle : sur le tunnel central, sous forme d'inserts dans la console centrale, sur les revêtements de porte et les baquets de siège. L’originalité la plus marquante de cet intérieur, est à rechercher sur le couvercle de rangement en carbone apparent rouge situé sur la cloison arrière, entre les sièges. Là vous y retrouvez l’éléphant emblématique Bugatti en figurine originale coulée dans le bronze, patinée en noir, puis enchâssée dans le couvercle. Le monogramme « 450/450 » est peint en noir en dessous de la pièce de bronze.

Comme on le voit Bugatti entend répondre pleinement aux demandes des clients en affichant un luxe à la française quasiment sans limite.

La mécanique de la Supercar n’est pas nouvelle, nous apprenons que 1200 chevaux sortiront d'un moteur W16 de 8 litres qui développe le couple maximal prodigieux de 1 500 Nm. La Finale accélère de zéro à cent en 2,6 secondes et sa vitesse maximale atteint 410 km/h.

Bugatti aura mis dix ans pour vendre les 450 exemplaires de la Veyron, il faut dire qu’au prix moyen de 2,3 millions d’euros, il faut assurer un bon marketing pour dénicher le client. Pour autant, Bugatti poursuit dans cette voie de la technologie inégalée et du luxe absolu, ce que confirme le Président de la firme par ces mots : « Nous sommes devant le défi de vouloir rendre encore meilleur ce qu'il y a de meilleur. »

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  Bugatti La Finale, et la derni?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter