Kia

Essai Kia Ceed : elle rentre dans les rangs

Alternative non négligeable dans un segment bouillonnant, la Kia Ceed fait peau neuve pour continuer sa carrière, notamment en Europe. La nouvelle venue dispose des arguments nécessaires, mais elle rentre désormais dans les rangs.

+ de photos Kia Ceed 2018 1.4 T GDI

Après une précédente génération qui a su se faire une belle place dans le secteur des berlines compactes, Kia renouvelle la Ceed, sur laquelle repose un objectif de 4 000 unités en année pleine en France.

Qualité perçue en hausse
Pour ses nouvelles ambitions, la Kia Ceed rentre dans les rangs. Une stratégie déjà revendiquée par son patronyme, qui perd sa ponctuation pour un badge plus conventionnel. Le style, dont la fraîcheur n’a rien de placide, abandonne ses lignes exotiques et la signature agressive de la précédente génération. L’ensemble est plus doux, quoique peut-être un peu trop lissé pour certains, qui ne manqueront pas de remarquer la proximité stylistique avec le Kia Stonic à l’arrière, ou même quelques inspirations germaniques.

Si les dimensions évoluent très légèrement, la longueur et l’empattement sont similaires, avec une longueur totale de 4,31 mètres. Pourtant, l’espace à bord évolue pour se mettre au niveau de la concurrence. Les passagers ne se sentiront jamais à l’étroit et le coffre avoue 15 litres de plus pour grimper à un volume de 395 litres. À ce chapitre, la Kia Ceed ne fait pas exception, mais se situe dans la moyenne haute de la catégorie.

Le dessin de l’habitacle ainsi que les matériaux utilisés renforcent la qualité perçue. Un juste milieu qui la place entre l’exotisme de certaines Japonaises et l’austérité d’autres compactes allemandes. La finition n’atteint pas le niveau des références du segment, mais l’ensemble reste parfaitement homogène et acceptable pour une auto de la catégorie.

Compris entre confort et dynamisme
Disponible avec le nouveau trois cylindres 1,0 litre T-GDI, nous avons pris les commandes d’une version équipée du bloc 1,4 litre T-GDI associé à la boîte mécanique. Ce nouveau moteur, conforme à la norme Euro6d, n’est pas à la peine face aux 1 380 kg de la compacte. Plutôt creux sous la barre des 2 500 tr/min, le moteur délivre graduellement ses 140 ch et 242 Nm de couple. Plutôt douce en ville ou sur les relances à basse vitesse, la Kia Ceed est en revanche à l’aise dans sa plage d’utilisation optimale, souvent sur autoroute ou sur le réseau secondaire. Sur ces derniers terrains, la compacte canalise correctement les bruits aérodynamiques, mais les bruits de roulement des pneumatiques se font toujours entendre, notamment aux places arrière.

La Kia Ceed repose sur un châssis remanié et équipé, à l’arrière, d’un essieu multibras. Si le poids se fait parfois sentir au volant, la compacte se sent à l’aise dans les enchaînements de virages. Le train avant n’est jamais piégeur, avec une consistance agréable au volant, alors que la poupe est toujours alerte, voire quelquefois amusante. Sur chaussées défoncées, l’amortissement préserve le confort à bord, mais les compressions mériteraient d’être mieux maîtrisées. Malgré ses réglages intéressants, la Kia Ceed préfère jouer la carte du pragmatisme avec un juste milieu en termes de comportement : si l’expérience de conduite n’atteint pas le niveau de la Peugeot 308 ou de la Honda Civic, elle n’en demeure pas moins aseptisée.

 

Avec la boîte DCT7 ? 
À l’instar de la version 1,6 litre CRDi, la Kia Ceed 1,4 litre T-GDI peut recevoir la boîte automatique à double embrayage dotée de 7 rapports. Douce dans les changements de rapports et agréable pour une utilisation citadine, l’unité automatique est parfois dépassée par les évènements.

En sortie de virage ou sur les phases de dépassement, la boîte réclame un temps de réponse conséquent, grevant ainsi les performances et les sensations de conduite. Ce caractère est d’autant plus dommageable avec le pack d’aides à la conduite, qui supprime les palettes au volant. L'unité DCT7 optionnelle (au prix de 1 500 euros) n’est donc à privilégier que pour une utilisation urbaine ou sur les longs trajets autoroutiers à un rythme de sénateur.

 

Un excellent rapport prix/équipement
Entièrement rafraîchie, la Kia Ceed ne manque pas d’intérêt dans un segment très concurrentiel. Pour continuer sa carrière en Europe, elle fait l’objet de choix pragmatiques, avec sans doute trop de retenue parfois. C’est notamment le cas en matière de liaisons au sol, qui ne demandent qu’à être libérées pour atteindre le niveau des références en la matière. Mais la compacte coréenne se démarque par son équipement généreux dès les premiers niveaux de finition. Elle s’agrémente aussi d’autres équipements de confort et de sécurité en option, avec différents packs proposés à partir de 700 euros.

Disponible à partir de 20 990 euros en entrée de gamme, la Kia Ceed ne franchit jamais la barre des 30 000 euros, hors options. Notre version d’essai (à partir de 25 090 euros) s’affiche à un tarif final de 29 720 euros avec le toit ouvrant panoramique, le pack d’aides à la conduite et le pack Premium, qui prévoit entre autres la sellerie en cuir, les sièges chauffants ou la sono JBL. Le tout garanti 7 ans ou 150 000 km.

Note : 4/5

Bien vu :
Qualité en hausse
Comportement satisfaisant
Rapport prix/équipements

À revoir :
Moteur parfois paresseux à bas régime
Bruit de roulement
Poids

Soufyane Benhammouda

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Kia Ceed : elle rentre dans les rangs

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter