Volkswagen

A la recherche de Cara Delevingne à bord du T-Cross

Mais quelle est la cause de cette effervescence à Amsterdam ? Serait-ce la pleine lune ou la présence de Cara Delevingne dans la capitale néerlandaise ?

+ de photos Volkswagen T Cross Reveal

Nous sommes conduits à deux pas de l’aéroport Halfweg. À l’entrée d’un immense entrepôt, des lettres ont été posées : « I A M T - C R O S S » à la façon de la célèbre sculpture aux lettres rouges et blanches.

Une fois les portes franchies nous pénétrons dans une atmosphère surréaliste avec sur les murs des néons affichant les slogans suivants : « I am more », « I am cool », « I am safe », « I am practical », « I am intuitive »… « I am T-Cross ».
Soudain, une voix annonce l’arrivée du Volkswagen T-Cross. Les lumières bleues scintillent et les faisceaux se dirigent vers le bas.

Créant ainsi une ambiance de jeu télévisé pour ne pas dire « Qui veut gagner des millions » avec en public les nombreux journalistes et invités de Volkswagen. Arrive enfin le T-Cross au milieu du plateau. À son bord, Ralf Brandstätter, directeur des opérations Volkswagen, qui sort de la voiture à la façon d’un présentateur télévision et lance haut et fort un : « Welcome ! ».

Cara Delevingne présente le nouveau Volkswagen T-Cross

C’est le début du show, où comme dans le Juste prix, les yeux sont rivés uniquement sur la voiture : un mix parfait du Tiguan et de T-Roc, un look sportif qui rappelle un Q2. Somme toute, encore un SUV au nom exotique, à la calandre complexe avec un foisonnement d’éléments.

À l’intérieur les nouveautés comme cette console de bord dont la texture autocollante au motif lézard (lizard shadow steel) donne un aspect des plus rudimentaires à la voiture. Il ne lui manque plus qu’un toit ouvrant et il serait presque parfait !

À l’arrière, agréable surprise, les grands passagers dépassant le mètre 85 ne seront pas en reste. En effet, l’assise est haute et l’espace aux jambes relativement confortable. On appréciera la double prise USB à l’avant et à l’arrière, ainsi qu’un vide-poche central arrière.

Petit mais costaud, c’est la phrase que l’on se dit lorsque l’on prend conscience de la modularité du véhicule ainsi que son côté pratique et modulable.

Mais ce qui nous aura beaucoup plu c’est son côté « à la cool » en raison de la pléthore de jantes — déjantées — avec un choix de couleur surprenant comme ocre, bleu turquoise et chrome. En combinaison avec un choix de couleurs pétantes comme le Flash Red, dark petrol, energetic orange, pale copper, Makena turquoise, reef blue. Bref, tout pour enfin sortir de la morosité du paysage automobile français.

Et c’est à ce moment qu’arrive en fanfare son invité spécial. « Une personne de tous les talents : modèle, actrice, chanteuse et musicienne ». Puis M. Brandstätter d’enchaîner sur quelques éléments apparemment clef pour comprendre l’envergure de son invité. Louant ainsi le nombre de followers sur les réseaux sociaux : « 42 millions d’abonnés sur Instagram — à l’heure où vous lisez ceci, elle en a déjà perdu un million ! Plus de 20 millions sur Facebook » insiste-t-il — Elle n’en a plus que 6 millions dorénavant...

Volkswagen T-Cross en première mondiale

Roulement de tambour et animations génériques. Voici enfin le messie, celle dont l’orthographe du nom de famille écorcherait les yeux de Bernard Pivot : Cara Delevingne. On remarquera ses talents d’actrices, à peine sortie du T-Cross côté avant passager, roulant de belles mécaniques avec son black perfecto.

Puis, Cara Delevingne n’hésitera pas à présenter le produit les bras grands ouverts, vantant ses mérites, et par la même occasion à incarner à merveille le rôle de la vendeuse télé-achat qui n’hésitera pas à tester elle-même le produit pour en convaincre l’audience.

Elle sort son téléphone, commence un live, fait un bide et finit par ranger son iPhone. Enfin, après un laïus par cœur sur la voiture, Ralf Brandstätter propose de conduire la voiture :
— Qu’en pensez-vous Cara, devrions-nous l’essayer ?
— Absolument, faisons cela
— Je conduis ?
— Non, non, je conduis !
— Vous allez conduire ?
— Vous me faites confiance ?
— Oui, alors à tout à l’heure Mesdames et Messieurs

Et les voilà se dirigeant vers le Volkswagen T-Cross. Cara Delevingne d’un pas assuré, monte, démarre et cale aussitôt. Elle se souvient qu’elle n’a pas bouclé sa ceinture. Deuxième essai, les yeux exorbités, elle écoute les consignes pour ne pas recaler. Une, deux, trois fois, en vain ! Ne perdant pas la face, Ralf Brandstätter se penche et lui explique comment placer ses pieds… Miracle, la voiture s’élance et depuis nous n’avons plus revu Cara Delevingne qui a probablement mis le cap vers le Quartier rouge, là où quelques fans l’auraient aperçue.

Il ne reste plus qu’à l’essayer et vérifier si ce T-Cross ne se limitera pas, à l’image du mannequin Cara Delevingne, à simplement jeter de la poudre aux yeux !

Photos de la T-Cross ©Etienne Rovillé pour LRA

Daniel Latif

Votre avis nous intéresse sur :  A la recherche de Cara Delevingne à bord du T-Cross

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter