Mercedes

Essai Mercedes AMG A35 4Matic : la voiture du footballeur ?

L'histoire de ce premier galop d'essai de la nouvelle petite Mercedes AMG A 35 commence à bord de la Classe B. Pour comprendre l'ensemble de cette histoire. Je vous conseille de lire la première partie

+ de photos Mercedes AMG A 35 4MATIC

Essai Mercedes Classe B...
... Il est temps pour nous de prendre le volant de la Mercedes AMG A35 4Matic. Impossible de la confondre, avec son look m’as-tu-vu, surtout la One édition avec son aileron à l’arrière du toit, ses stickers Gold, ses rappels de seuil qui s’allument lorsque l’on enclenche les feux de croisement.

Le démarrage du moteur de 2 litres 4 cylindres turbo de 306 ch reste très sobre, les premiers kilomètres s’enchaînent presque avec frustration. Elle se faufile aisément sur de toutes petites routes de village, mais reste très feutrée. Jusqu’à ce que j’enclenche le mode Sport, puis Sport +. Et là, c’est un changement d’univers, l’auto s’aliène, le cadran du tableau de bord change de couleur et affiche toutes sortes d’indications limites surabondantes, l’accélération est fulgurante, le freinage, des plus mordant, la Classe a ne sort pas de sa trajectoire grâce aux quatre roues motrices et des modes de conduite qui renforcent la stabilité de la voiture, même en temps pluvieux ou routes glissantes.

Et l’on se laisse aller au jeu des palettes, grâce à la transmission AMG Speedshift DCT 7G. L’affichage tête haute vous affiche la vitesse, mais surtout le compte tour ! 4 000 tours, on coupe la musique, ouvre grand les fenêtres et l’on passe le rapport supérieur et l’on se délecte de cette symphonie en classe AMG : sensations garanties — plus personne ne parle !

Cette nouvelle Classe A AMG est bien plus qu’une voiture compacte synonyme de liberté, de plaisir, c’est la voiture du footballeur !
Pire encore, du fan de foot, en effet, avec un prix des plus accessible, elle risque d’en séduire plus d’un aux sensations AMG. Cette stratégie d’ouverture au Premium déployée avec brio par Mercedes Benz pour donner un avant-goût de ce qu’ils ont dans leur cœur de gamme sportif peut se révéler risquée. En effet, l’ouverture à une trop jeune clientèle risquerait de changer rapidement la donne en termes d’image socioculturelle et conférer cette étiquette de beauf très connue chez BMW.

On aime :
- Son maintien de route parfait
- Ses formes rebondies et courbes à l’arrière

On aime moins :
- Une seule prise USB disponible et deux prises USB-C
- L’aileron sur le toit aurait pu être intégré plus harmonieusement à l’auto
- Toujours la même configuration laborieuse des menus

Daniel Latif

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Mercedes AMG A35 4Matic : la voiture du footballeur ?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter